Les Cerfs-volants Cellulaires


N.B. Parmi les images sure cette page, il y en a quelques qui sont animés avec Javascript. Si votre browser ne soutien pas Javascript, vous ne verrez pas l’effet complet.

Les types de cerfs-volants cellulaire sont nombreuse, avec des caractéristiques divers et d’une gamme, d’un côté les plus simple, et de l’autre, des structure aériennes très compliquées.

Le Caisson Hargrave

[Hargrave kite]Le Caisson Hargrave est le cerf-volant cellulaire archétype, inventé en 1893 par Lawrence Hargrave. Une ressemblance quelconque aux quelques unes des machines à vol les plus précoces n’est pas une coïncidence. Un grand Hargrave peut créer un soulèvement remarquable. Un dessin est proposé par Pelham. Voici un cliché d’un Hargrave en plein air avec un rok.

Né à Greenwich, Angleterre, Hargrave a émigré à La Nouvelle-Galles du Sud à l’âge de 16. Ses expérience nombreuse avaient pour but l’aviation à moteur, mais il a refusé de faire breveter aucune de ses constations, voulant mieux que n’importe qui puisse les utiliser ou les évoluer.

[Trad box]

Le Cerf-volant à Caisson

Le cerf-volant à caisson est bien connu et plus courant que le dessin Hargrave original. Il est quasiment la forme la plus simple de cerf-volant cellulaire, et était très populaire autrefois, mais de moins aujourd’hui. En un bon vent il vol très bien s’il tient la ligne à un angle assez bas à cause de l’armature considérable par rapport à la superficie de la voilure. De plus, la voilure se tient à un angle de 45 degrés au vent, par conséquent le soulèvement est réduit. Néanmoins, cet angle servit de dièdre, et avec la fente entre les cellules, donnent une grande stabilité. Voici un dessin pour un cerf-volant à caisson faite d’un sac plastique et du chevillage. Et voici un cliché d’un Gibson Girl - un cerf-volant approvisionné aux aviateurs alliés à la deuxième guère mondiale afin de soulever une antenne d’urgence en cas ou ils étaient abattus à la mer.

Il est possible à améliorer le soulèvement contre une perte légère de la stabilité en le faisant un peu plus plat, en forme rhomboïde. Normalement, n’importe quel cerf-volant à caisse peut se transformer en rhomboïde si on échange les baguettes latérales internes de longueurs égales avec deux paires inégales. Il est instructif à démontrer  l’amélioration de l’angle de vol ainsi que la stabilité empire au fur et à mesure qu’on le fait plus plat.

Eden nous propose un plan pour un rhomboïde. Voici un à Dieppe en 2006.

Le Caisson à Ailettes

[Winged box]Autrement, on peut ajouter des ailles en forme delta, puis on au caisson delta, démontré par cette cliché d’une construit par Graham Dresch. Un dessin par lui-même est disponible aussi.

Le Caisson Delta

Autrement, on peut ajouter des ailles en forme delta, puis on au caisson delta, démontré par cette cliché d’une construit par Graham Dresch. Un dessin par lui-même est disponible aussi.

Le Caisson Pely

[Pely box]

Une variation très saisissante est le caisson pely, autrement connu comme le Tri-D, qui se compose de triangles isocèles. Le nom se tire de l’inventeur Néo Zélandais, Peter Lynn. Par rapport au cerf-volant à caisson, cette conception économise le poids de deux des quatre longerons à coute d’une partie de la superficie de la voilure. Le croquis ci-joint est d’une de trois cellules parce que, après quelques essais manquées à la dessiner, je me suis emballé. Alors que j’en ai construit, elle s’est avérée décevante à cause d’une forte instabilité. La version normale de deux cellules vole bien sans bride et avec le fil de retenu collé au fond de la première cellule, alors qu’on a cité Peter Lynn à constater qu’une bride de trois jambes marche mieux, les deux attachés aux bouts du longeron en avant et la troisième au fond de la cellule derrière.

Une esquisse d’un pely est disponible, ou on peut consulter Eden. Voici un cliché de deux ensembles à Fanø 95.

Le Conyne

[Conyne kite]Des caissons triangulaires sont faisable, mais si on ajoute des ailles, cela aboutit en le Conyne. La prononciation est contesté chez les cervolistes. (Autant qu’il vaille, selon moi [qui suis anglais] il se prononce comme « co » à rimer avec « veau » - « nyne » avec la voyelle comme « ail ».) Si ça vous conviens mieux on peut l’appeler le cerf-volant militaire français, parce que s’est utilisé par l’armée française pour la reconnaissance. De plus, il est connu comme le cerf-volant pilote. Silas Conyne l’a fait breveter en 1902. Non seulement les cellules se compose un dièdre, mais elles aboutissent en un centre de soulèvement un peu au dessus de la point de raccordement. Ces faits, tous les deux, résultent que la caractéristique de vol est très stable. Voici un beau cliché d’une paire par Dan Leigh.

Moulton & Lloyd proposent un plan pour un conyne un peu évolué. Ils prétendent qu’un abrègement de la cellule en avant donne même de plus de la stabilité. Un dessin pour un conyne normal est disponible en ligne. Voici une image d’un par Geert DD.

George Lawrence a utilisé une série de conynes afin de lever des appareils pour la photographie aérienne. Sa cliché la plus célèbre, prit comme ça, était une vue panoramique de San Francisco après le tremblement de terre et le feu dévastateurs de 1906. Le négatif énorme était 45 x 120 centimètres, est était publié au monde entière, en lui gagnant $15000. Le regardez vous-même !

Le Conyne Delta

[Delta Conyne kite]

Le conyne delta se compose d’un conyne avec les ailles d’un cerf-volant delta. Ceci améliore la proportion et lui permet de voler à un angle supérieur. Le plan détaillé de Peter Batchelor inclus une cliché d’un grand nombre en l’aire en série.

Pour une soulèvement plus grande, le conyne delta double souvent se construit, ce qui se compose de deux parties caissons triangulaires, côté à côté.

Le Cody

[Cody kite]Né en Iowa, Les Etats-Unis en 1867, Samuel Cody était un type éclatant et flamboyant qui a prit grand plaisir à démontrer son habilité à la selle, avec le lasso, et au tir. En s’intéressant au cerfs-volants, après nombreuse expériences, il a opté pour une variante du Hargrave avec ailettes, ce qui a prit son nom. Voici un plan, tiré d’un original construit par Cody lui-même. Et voici une cliché d’un moderne par Anthony Thyssen.

En arrivant en Angleterre, Cody a inventé la plupart de son milieu américain, et à la suite, beaucoup des histoires qui lui entour sont fictives, y compris sa naissance en Texas, sans doute un état qu’il pensait plus formidable que l’Iowa. Et son nom vrai n’était pas Samuel Cody, mais Franklin Cowdery !

Avec une série de ses cerfs-volants, Cody a réussi à soulever les observateurs dans une corbeille d’osier, mais en s’adressant à l’armée britannique, ils ne l’ont pas pris au sérieux, à cause de sa flamboyance. Néanmoins, ils étaient si impressionné par son habilité au  tir qu’ils lui ont offert un poste comme moniteur du  tir, qu’il a refusé. Seulement ayant traversé la Manche dans un canot de 4m tiré par un de ses cerfs-volants avaient-t-ils s’intéressé. En des expériences suivantes pendant les années 1904-5, Génie Moreton s’est levé à l’hauteur incroyable de 800m !

A cause des associations militaires de ce cerf-volant, souvent il s’appelle le cerf-volant Cody militaire. Il existe à l’Internet une page très instructive de clichés et de plans d’un cody original, vendu il y a peu de temps à Sotheby’s à Londres.

Le Waldof

[Waldof Variants] Une fascination depuis longtemps avec les structures de trois dimensions a mené Peter Waldron de Worcestershire, Angleterre, aux moyens de construire les cerfs-volants avec la plus grande superficie de la voilure, et à la fois, un poids réduit au minimum. Sa réussite première en 1977 il a baptisé « Professor Waldof’s Box Kite » (« Le Cerf-volant à caisson de Professeur Waldof ») - un caisson hexagonal double à ailettes. S’il l’a inventé lui-même ou si quelqu’un d’autre lui a donné, semble-t-il qu’il s’est délecter du titre non officiel de « Professor Waldof », pas moins que la mauvaise orthographe courante « Waldorf » et l’association avec un type de salade du même nom.

Le caisson Waldorf n’était que le premier d’une série de créations spectaculaires, y compris le Waldof Conique et le Superstar, démontré en l’esquisse. 

(Laissez rester votre souris la dessus et regarder la ligne de statu au bout de la page afin d’identifier chacune des variantes.) Le Conique à l’avantage par rapport au caisson que des manques de précisions quelconques en les dimensions des panneaux peuvent se redistribuer parmi la structure au lieu de faire quelques panneaux lâches. Voici un cliché d’un du kitestore.com. Moi, j’estime ceci le plus élégant, mais on a évalué le Superstar le plus raffiné du trois.

Voici le plan d’un Caisson Waldof que j’ai construit moi-même, et une image du même en plein vol.

En plus que lier plusieurs Caissons Waldofs en un assemblage énorme comme une station spatiale, il y avait d’autre créations : l’Etoile Waldof - une structure en trois dimensions de 8 points, et la Caisson Magique, facilement assemblé pour le vol à un bond comme un parapluie.

Le Flocon

[Snowflake or Facet kite] Un autre cerf-volant spectaculaire multicellulaire est le flocon. Comme d’autres des cerfs-volants les plus compliqué, il se dispose d’une charpente externe plutôt que des baguettes qui courent par le centre. Cette armature est souvent hexagonale (Morgan en a une image) mais le faire circulaire est avantageux, comme l’esquisse. Malgré son apparence, il est en fait assez simple à construire puisqu’il se compose simplement de 15 carrés d’étoffe : 3 grandes, 3 moyennes et 3 petites, les largeurs en proportion 3:2:1. Essayez de le déchiffrer. Si chaque carré est d’une seule couleur, cela fait un effet kaléidoscopique, mail il se compose souvent en une combinaison concentrique de couleurs. Faite passez votre souris pardessus de l’image, et choisissez l’une que vous préférer. J’en ai construit un de 2m qui toujours attire de bons regards, et de plus, j’ai rédigé le plan, si vous voulez le votre. Voici une image de le mien avec des manches à l’air (pur et simplement pour le spectacle) et un requin inconnu en arrière-plan.

L’Etoile Culbutante

[Tumbling Star]Il existe d’autres cerfs-volants multicellulaires, en fait une série quasiment sans fin pourrait se concevoir par n’importe qui ayant une habilité vive de prévision en 3 dimensions. Les uns, comme le flocon se dispose d’une charpente extérieure, tandis que d’autres, comme le Waldof, ont les espars diamètriques. Ceux d’une assez grande longueur sont voleurs stables, mais d’autres ne le sont pas. La philosophie, si vous ne pouvez pas l’arranger, en profitez, s’est approprié par telles « étoiles culbutant » qui peuvent s’envelopper de leurs propres lignes lâches, et puis se déroulent si on y tire. Morgan en a un plan. Voici une étoile culbutant par Anthony Thyssen.

Si l’étoile culbutant vous fascine mais vous ne voulez pas en construire un, prenez en considération le cube dansant. Ceci est semblable à une cellule seule d’un cerf-volant à caisson. Sans la deuxième cellule et la fente entre les deux, il est instable, mais très divertissant à voler ! Carolyn Weir a compilé un plan très simple utilisant du ripstop en nylon. Par ailleurs, des versions commerciales sont disponible assez bon marché, non seulement les cubes mais aussi des prismes triangulaires et des cylindres, connus comme le Triad et le Pop-can.

Le Circoflex

[Circoflex]

Finalement, retournons à une structure simple, le circoflex. Ceci se compose tout simplement d’une bague (comme une alliance ou une longueur très courte de tuyau) avec un espar flexible dans le bord en avant pour le maintenir en forme. Une ligne qui court dans un gousset au bord arrière est tendue afin de réduire le diamètre par quelque 2%, et une bride de plusieurs brins est attachée à l’espar afin de le tenir à un angle au vent. Le circoflex est inventé par Helmut Schieffer et Ton Oostveen, hollandais les deux, qui l’ont introduit au festival de cerfs-volants à Dieppe en 1996, à grande acclamation. Pendant quelques années il était probablement le cerf-volant le plus discuté en ligne.

Les circoflex souvent se construisent de film mylar (bien connu comme papier cadeau) de largeurs de quelques mètres de diamètre. Le mylar a tendance de se chiffonner, mais ceci n’a que l’effet d’étinceler la lumière et améliorer le spectacle. Avec une bride et une ligne minces et à peine visibles, cet objet volant non identifié toujours fait sensation parmi les spectateurs, suspendu presque immobile en plein air et tremblant comme une gelée à la moindre rafale. Si vous n’avez pas une machine à coudre mais vous voulez construire quelque chose qui ferra tourner les têtes partout, ceci est certainement le cerf-volant pour vous, surtout si vous êtes adroit avec le scotch ! Heureusement le plan original est en français, mais Anthony Thyssen a collectionné un nombre considérable de clichés. Voici seulement un - un circoflex argent, volant au-dessus d’un affleurement rocheux en Leistershire, Angleterre. Peu sont les cerfs-volants plus semblables à quelque chose provenant de l’espace cosmique !

Le circoflex est parfois confondu avec le bol, mais les deux sont complètement différents. En particulier, le circoflex se dispose d’une bride de brins inégal afin de le tenir à un angle au vent pour engendrer de soulèvement. De plus, le diamètre est presque constant de l’avant à l’arrière.
Retournez à la Page d'Accueil - Continuez le Tour Guidé

Copyright © 2008 Philip Le Riche
Ajoutez un signet avec :

[Page d'acceuil] [Seule ligne] [Plat] [Arqués] [Cellulaire] [Sled] [Parafoil] [Tournant] [Deux lignes] [Trois lignes] [Quatre lignes]
[Terminologie] [Matériaux] [Utilisations] [Nœuds] [Classe] [Bibliographie] [Conservateur]